[ Hors – Série ] #2 dans mon assiette et ma tête ♥

Depuis quelques temps je réfléchis, énormément et à des sujets que je ne réfléchissaient pas et aujourd’hui j’ai l’impression d’être à un tournant de ma vie.

J’ai envie de te partager ça. Que tu puisse rentrer dans ma tête et échanger aussi.

woman-1006102_960_720

Déjà toute petite, j’ai eu plusieurs phases ou j’avais beaucoup de mal à manger de la viande. Je déteste le goût du lait d’aussi loin que remonte mes souvenirs alors que mes parents n’on pas souvenirs que je n’aimais pas bébé.

J’imagine que c’est venu discrètement, insidieusement sans que je me rendent compte qu’utiliser un animal ne me plaisait déjà pas.

Il fallait me forcer, je me souviens très bien que presque tout les jours ma mère me forçait à boire un grand verre de lait. Je pleurait, restait des heures devant et je finissait par le boire, seule ou en étant gavée.

La viande que je mastiquait des heures sans jamais l’avaler.

Les œufs ou j’avais presque des crises de larmes à l’idée de les casser ( aujourd’hui je suis incapable de cuisiner des œufs ).

Par contre à côté je pouvais manger du fromage sans problème.

Et puis certaines période ou je n’y pensait pas, ça ne ma dérangeait pas ( sauf le lait ça je ne peux pas ).

girl-worried-1215261_960_720

Honnêtement à l’époque je n’avais pas encore trop de réflexion, mais le goût ne me plaisait pas et du jour ou j’ai réaliser qu’il fallait tuer des animaux pour avoir sa viande j’ai ressenti un dégoût tellement énorme.

Mais quand on est forcée par ses parents on fini par adopter l’alimentation qu’ils vous imposent et même une fois dans ma propre maison je n’ai pas fait de changement.

La nourriture à longtemps été un réel problème pour moi, et encore aujourd’hui je me bat. Je n’étais ni anorexique ni boulimique mais je mangeait sans arrêt à m’en faire péter le bide. Sans jamais vomir par contre et je ne grossissait pas vraiment.

Je me relevais la nuit pour manger en cachette, je piquais de l’argent pour m’acheter à manger, j’étais incontrôlable. Je ne crois pas que ma famille s’en soit jamais rendu compte, je réclamais sans arrêt à manger et on me faisait la blague qu’aujourd’hui je ne supporte plus ( mange ta main et garde l’autre pour demain), sauf que moi j’étais réellement en souffrance, ce n’était pas un caprice.

Je ne ressentais plus la faim, mais le besoin de manger et c’était maladif. Je me réfugiais dans la nourriture sans forcément y prendre du plaisir.

Mais comme on répète aux enfants, les parents rabâchent ce qu’on as pu leur dire depuis toujours sans chercher plus loin ( en pensant bien faire ), personne ne s’inquiète ou ne prends ça au sérieux.

anonymous-438427_960_720

Et je suis devenue esthéticienne par certaines circonstances que je raconterais un jour, je suis arrivée dans un monde pas du tout fait pour moi. Je vivais déjà un enfer avant mais la c’était l’apocalypse.

Et puis j’ai commencée à travailler et la j’ai ressenti que mes clientes avaient besoin de bien-être, d’écoute, de mieux être et de conseils. J’ai eu envie d’apporter ma petite pierre, d’aider les autres, de leurs donner du bien-être tout ce que moi je ne possédais pas ou ne parvenais pas à ressentir.

La vie nous endurcis, on serre les fesses et le ventre on remonte la tête et les épaules et on souri au monde entier. On s’auto détruit parce que c’est la seule chose qu’on s’autorise, on en vaux pas mieux.

Et puis la souffrance est une émotion puissante qui te remue les tripes, on y deviendrais presque accro. Et quand tu souffre, tu continue, tu ne t’autorise pas a aller mieux ou plus loin.

Et puis il y as quelques temps j’ai commencer à m’occuper un peu de moi et à m’écouter. Je me demandais si j’allais aussi bien que je voulais me faire croire.

Quand ton corps commence à se refuser à toi tu te demandes pourquoi? Pourquoi je ne peux plus continuer, me relever et avancer?

En fait depuis toutes ces années, je faisait encore pour que les gens m’aiment. Je me cachait en acceptant de ne montrer que ce que eux voulais voir et pas la vraie Lucie derrière.

Adolescente je me suis détruite mentalement et mes proches aussi, ils m’on enfoncée, rarement tendue la main. J’ai perdu cette joie de vivre, cette innocence qui pourrais revenir un jour mais que je vis mal en ce moment ou j’ouvre grand mes yeux et mon esprit.

Je dois me battre avec moi même. J’ai accepter ma vie et ce que j’en ai fait, ça ne rend pas ça plus facile à vivre pour autant.

Depuis quelques temps je déprime, il aura fallu que mon médecin me le fasse comprendre pour que je le voie. Je me le cachais, refusant ça.

Moi je continuais, refusait de m’écouter, ce corps qui aujourd’hui me fait tant souffrir pour que j’accepte de m’écouter un peu et de vivre pour moi. Au fond de moi il me reste un blocage. Une partie qui me révulse, que mon cerveau à remonter parce que je n’ai jamais réussi à l’accepter. Ces souvenirs parfois flous mais souvent trop nets, gravés au fer rouge.

suicide-831491_960_720

Aujourd’hui j’ouvre les yeux, mais j’ai du mal à être honnête avec moi même. Tout ce cheminement m’amène également à la souffrance extérieure et aussi à celle des animaux.

La nourriture pour moi est tour a tour ami ou ennemi.

Qui me soulage dérisoirement en comparaison du mal être ressenti.

A force d’être l’optimiste, celle qui te rendras le sourire, te feras croire que rien n’est insurmontable, je me consume de l’intérieur.

Merci à toi qui as lu ces quelques lignes et qui n’a surement rien compris tellement c’était décousu

Maintenant que je me suis mise à nu, on va pouvoir discuter toi et moi, échanger.

Parler de toutes ces petites choses enfuies.

Cœur sur toi ♥ 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s